Le pas de l'oiseau

Théâtre poétique d'utilité publique

8h30 rue des écoles à Avignon, grâce à vous ?

Raconter les écoles françaises, faire vivre une parole poétique issue du réel, développer un projet artistique de théâtre récit !

https://www.helloasso.com/associations/le-pas-de-l-oiseau/collectes/-8h30-rue-des-ecoles-la-nouvelle-creation-du-pas-de-l-oiseau-a-avignon

8h30 rue des écoles

Venir à Avignon c’est rencontrer le public autour de notre nouvelle création, faire résonner une parole poétique issue du réel, permettre à une création de théâtre récit d’être découverte dans toute la France, et porter nos questionnements sur l’école notamment autour de 2 rencontres/débats les 11 et 13 juillet.

Ce spectacle est une plongée dans l’école, burlesque, sensible, optimiste… une véritable visite guidée par la réflexion et l’émotion que les 2 comédiens insufflent à tous les personnages qu’ils incarnent : parents, enfants, enseignants et même un ministre venu présenter une énième réforme. Entre incompréhensions et incohérences, le dialogue de sourd récurrent laisse la place au rêve d’une transformation possible.

« Pendant un peu plus d’une heure, l’univers de l’école se révèle au plus juste, à la fois cage étriquée et horizon de liberté. (…) Avec pour seul décor un grand caisson en bois, le spectacle offre une véritable immersion dans l’école, sans concession, mais avec humour et poésie.
(…) Rempli de trouvailles visuelles simples et efficaces, le spectacle file doucement vers une fantaisie utopique et révolutionnaire, où chacun pourrait enfin donner sa vision de l’école idéale.
 »

Jean-Cyril SALEMI, ZIBELINE
« Savamment accompagnés par la guitare invisible de Lionel Blanchard, par les prises de sons d’Antoine Chaoet mis en scène par Christophe Moyer, Amélie Chamoux et Laurent Eyraud Chaume multiplient les prouesses d’acteurs. Interprétant tous les rôles, excellant dans l’usage des accents, les deux comédiens offrent à voir la vie des écoles françaises. »
Gérald LUCAS, Le Dauphiné Libéré

A quoi servira l’argent collecté ?

Si la production de ce spectacle a pu recevoir le soutien de nombreux partenaires (voir ci-après), aller au Festival d’Avignon représente un investissement financier considérable pour une compagnie comme la notre.
il est important que ce spectacle puisse résonner et être diffusé partout en France. Votre soutien nous permettra de boucler notre budget prévisionnel pour le festival d’Avignon et ainsi de permettre de financer nos frais de communication (affiches, flyers,…), de restauration, d’hébergement et de participer aux rémunérations des artistes et techniciens…

https://www.helloasso.com/associations/le-pas-de-l-oiseau/collectes/-8h30-rue-des-ecoles-la-nouvelle-creation-du-pas-de-l-oiseau-a-avignon/widgetPropulsé par HelloAsso

Du 7 au 17 juillet 2017, à 18h

Théâtre de la Rotonde

(relâche le 12)

Rue Jean Catelas – parking gratuit – Bus ligne 3 arrêt Cité SNCF

Réservation : 06 46 51 89 29

Du 18 au 30 juillet 2017, à 13h

Théâtre de la Bourse

du Travail CGT

(relâche le 24)

8 rue de La Campane

Réservation : 07 87 93 59 71

Coproductions : Tréteaux de France, CDN – Théâtre La Passerelle, Scène Nationale de Gap – Théâtre Durance, Scène Conventionnée de Château Arnoux St Auban – CE cheminots PACA

Soutiens : Théâtre du Briançonnais, Scène Conventionnée, Le Fourmidiable, Région PACA, Département des Hautes Alpes, Mairie de Veynes

à pas de l’oiseau…

« Comment créer aujourd’hui ? Nous essayons de construire un chemin à pas d’oiseau qui unisse le fond et la forme. On écoute, on vole des histoires, on fait des collages, on raconte…On tente à petits pas, sans véritable feuille de route. On dissèque un sujet jusqu’à épuisement. On cherche dans nos vies où sont les échos du mouvement du monde, ses contradictions, ses failles. On part à la rencontre des acteurs du réel, à 2 pas de chez nous. On fouille en archéologue, on note en sociologue, on cogite en philosophe, on rigole en clown. On ne voit pas le chemin au début du voyage. Chaque création est toujours un mélange infini de doutes et d’enthousiasmes. Nous nous appliquons à trouver les mots justes, les couleurs, les sons… Nous souhaitons faire de la représentation une rencontre d’humains à égalité. Nous assumons sans gène une vocation d’éducation populaire en décortiquant des sujets, en les rendant lisibles. Nous nous attachons à l’idée de raconter la vie sans fard et dans un mouvement de transformation… C’est le mouvement de la réalité qui travaille au cœur de nos histoires, qui transforme les personnages et leur donne la force d’agir. »

Amélie Chamoux et Laurent Eyraud-Chaume